chronologie

      L'évolution de la population

 

 

Les chances d'avoir un enfant dans le courant de la première année de mariage au XVIIIe siècle sont de près de 60%. Ensuite, la méconnaissance des moyens de contraception entraînent une nouvelle maternité dès que la mère est de nouveau féconde, généralement lorsqu'elle arrête d'allaiter son enfant. Le rythme des naissances (voir la page sur ce thème) est ainsi de 2 à 3 ans. On observe moins de naissances la seconde année du mariage, elles surviennent surtout chez les couples n'ayant pas eu d'enfant la première année ou qui l'ont perdu très tôt.

Les troisième et quatrième années voient encore plus de 40% de naissances. La cinquième année voit encore 30% de naissances bien que la plupart des familles se soient agrandies les deux années précédentes tandis que la courbe tend à se lisser les années suivantes par l'effet d'un éparpillement du phénomène de stérilité temporaire du à des délais variables d'un couple à l'autre. Le taux de fécondité est encore de 20% après 14 années de mariage et de 10% après 19 ans de mariage.

Le nombre d'enfants en 1737

     La hiérarchie villageoise

      Le taux de fécondité

     La pyramide des âges en 1737

      Le nombre d'enfants par couple

      L'espérance de vie à la naissance

      L'écart entre deux naissances

      L'espérance de vie restante

      Le temps écoulé depuis le mariage

      La répartition saisonnière des mariages

      La répartition des décès

      L'âge moyen au premier mariage

      L'alphabétisation de la population

      L'origine des mariés