chronologie
      Les origines


La révolution


Premières élections municipales. Le premier maire élu de Douchy est Anselme Gélain (février 1790).

Les débuts de l’école laïque. Le premier instituteur laïc est Jean-Louis Bouillon.


En 1792, la majorité des habitants de la commune souhaite que la totalité des communaux soient donnés à bail afin de partager le revenu entre tous les citoyens. Jusque là seul 1/3 était affermé pour 3 ans. Le vœu de la minorité (conduite par Jacques Martin Payen) est de laisser les communaux à la "paisson" des bestiaux (elle seule en a) pour sauvegarder l'agriculture. La municipalité dont le maire est André Joseph Monniez  constate que les propriétaires de bestiaux n'avaient acquitté que 285 livres de taxes alors que la taxe foncière payée par la commune était de 320 livres, la différence étant supportée par tous les citoyens. En 1792 la commune avait affermé 1/3 du marais pour 9 ans au lieu de 3 pour permettre aux arbres nouvellement plantés de se développer (les bestiaux avaient détruit quelques années auparavant pour 600 francs de "plantis"). Elle souhaite maintenant satisfaire aux souhaits de la majorité (244 personnes qui n'ont pas de bestiaux contre 65 qui en possèdent) en affermant la totalité du marais, ce qui rapporterait plus de 2000 livres à affecter aux dépenses communes. Les arguments avancés ne convainquent pas le Directoire de district qui annule le 28 juin 1792 les décisions de la commune et décide que le marais continuera comme par le passé a être pâturé à charge pour les propriétaires de bestiaux d'acquitter la taxe foncière et de payer en outre 20 sous pour chaque bête et 30 sous par cheval. L'affaire sera portée devant le Directoire du Nord qui confirme le 7 juillet 1792 la décision du Directoire de Valenciennes : L'adjudication du marais est nulle et non avenue, les adjudicataires devront être remboursés des assignats de 5 livres qu'ils ont versé pour "forme de pots de vin", il n'y aura pas de remboursements de frais d'écritures, la partie du marais continuera d'être pâturée et les utilisateurs acquitteront la contribution foncière au prorata et paieront 40 sous  par bête à cornes, et 3 livres par cheval ou poulain, les adjudicateurs ayant prélevé des herbes devront rembourser, la municipalité pourra adjuger l'autre partie du marais mais pour 1 an seulement à charge de ne rien changer de sa culture ordinaire.


Le décret du 10 juin 1793 ordonne finalement la vente des biens communaux. De nombreux douchynois acquièrent donc une partie du marais. L'affaire n'est pas pour autant terminée. (voir 1807) 


L'occupation autrichienne


Les persécutions religieuses


Vente des Domaines Nationaux suite à la loi du 16 brumaire an V (26 octobre 1796). L'église, l'école des sœurs, le château et de nombreuses terres sont vendus (1/4 du territoire environ)

zoom

1792 Plan du marais de Douchy

 

 

zoom

1793 Plan du marais de Douchy par Clément Caudmont (arpenteur-juré de Douchy)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Le Moyen Âge
      Le XVIe siècle
      Le XVIIe siècle
      Le XVIIIe siècle
      La Révolution
      Le XIXe siècle
      Maingoval
      Le XXe siècle